Montpellier / Politique : un think tank, un livre… la rentrée chargée de Flavio Dalmau

Montpellier / Politique : un think tank, un livre… la rentrée chargée de Flavio Dalmau


Flavio Dalmau très engagé avec son équipe pour obtenir l'investiture En Marche lors des Législatives a tiré les leçons de cette expérience.
Flavio Dalmau très engagé avec son équipe pour obtenir l’investiture En Marche lors des Législatives a tiré les leçons de cette expérience. (©DR / Archives)

Flavio Dalmau ne lâche pas l’affaire. Après avoir tenté d’être candidat aux Présidentielles à tout juste 16 ans puis, ses 18 ans à peine fêtés, son expérience malheureuse aux Législatives, d’abord espérant l’investiture de la majorité présidentielle avant d’y aller en son nom, le jeune homme n’abandonne pas la politique. Loin de là. Ayant multiplié les échanges et les rencontres sur le terrain durant la campagne, bien décidé à renverser les choses à sa manière, le Bac avec mention en poche prêt à faire sa rentrée à la Fac de droit, Flavio Dalmau lancera en septembre à Montpellier un think tank et présentera un livre en janvier. Interview.

Métropolitain : quel bilan faites-vous de l’expérience des Législatives ?

Flavio Dalmau : C’est une expérience forcément intéressante puisque cette fois-ci j’étais candidat. On a les réponses à comment monter une équipe de campagne et comment faire campagne en étant réellement candidat. Après, cela peut être une expérience décevante car on voit tous les mauvais côtés de la politique, les coups bas… tout ce qui se passe en arrière plan et que les gens ne voient pas forcément. Quand on aime la politique, on aime forcément ses deux facettes. Cela reste donc une expérience enrichissante.

Vous allez lancer une organisation politique. Vous dites que ce n’est ni un parti, ni un mouvement. Comment cela va s’articuler ?

On lancera officiellement cette organisation le 5 septembre. Ce sera un laboratoire à idées citoyen à voir plutôt comme un think tank à l’échelle de Montpellier. Nous organiserons des tables rondes, des conférences dans les universités, des cafés débats… avec un seul objectif : fédérer un maximum de personnes autour d’idées que nous construirons ensemble par différents pôles. Il y aura une organisation par quartier avec des coordinateurs dans les six quartiers que nous avons délimités. Un pôle de coordination générale coordonnera toute la stratégie et le développement de la structure à Montpellier.

À lire aussi

Il y aura tout de même un socle ?

Il y a une charte qui va, dira-t-on, dans la ligne du social-libéralisme. Ce n’est pas pour autant une politique que nous voulons représenter. L’objectif est de renverser aujourd’hui le schéma politique. Je me suis rendu compte dans ces Législatives qu’aujourd’hui nous avons des candidats qui font programme. Notre vision est de faire un programme par les électeurs et après, est-ce qu’il y aura candidature ou pas on ne sait pas, nous voulons renverser le sablier politique et retourner la structure.

Vous étiez proche d’En Marche. Cette organisation s’en approche ou s’en détache ?

Je dirai qu’elle s’en détache, car elle ne se rapporte à aucune structure politique. D’un point de vue de la charte, le social-libéralisme prend une partie dans Marx comme dans le socialisme ou le PRG… C’est vraiment dans une globalité d’approche. Dans la façon de fonctionner, elle s’en détache d’autant plus car la manière dont a fonctionné la République En Marche ce n’était pas du tout ce qu’avait proposé Emmanuel Macron en 2017 en mettant en avant le renouveau politique.

Vous allez ensuite présenter un livre en janvier. Qu’allez-vous y aborder ?

Il y aura un livre et une tournée littéraire dans plusieurs facultés de droit et IEP en France de janvier à mai. Dans ce livre, je raconterai tout ce qu’il s’est passé réellement dans ces Législatives. Je me suis rendu compte avec mon équipe que l’on a pas forcément compris ma démarche. Je voulais clarifier tout cela, mais aussi présenter mon point de vue. Certaines personnes se demandaient à la fin des élections qu’est ce que je proposais et qu’elles étaient mes idées, ma colonne vertébrale. Je dirai tout cela mais parlerai aussi du think tank que nous allons lancer, de son objectif. L’idée est de montrer une nouvelle façon d’aborder la politique.

Le 17/08/2022 à 09:27, par Cédric Nithard.