Montpellier. Législatives : le feu passe au vert pour Alain Berthet (LR)

Montpellier. Législatives : le feu passe au vert pour Alain Berthet (LR)


Alain Berthet et sa suppléante, Jackie Galabrun-Boulbes, lancent leur campagne sur la 3ème circonscription
Alain Berthet et sa suppléante, Jackie Galabrun-Boulbes, lancent leur campagne sur la 3ème circonscription (©Métropolitain)

Le 17 janvier, l’avocat montpelliérain Alain Berthet annonçait sa candidature sur la 3ème circonscriptionde l’Hérault après avoir décroché l’investiture des Républicains à Paris. Malgré l’échec cuisant de Valérie Pécresse, coulée à la Présidentielle, le porte-parole de l’association Non au Béton ne renonce pas à se lancer dans la bataille électorale sous pavillon LR, avec comme suppléante Jackie Galabrun, maire de Saint-Drézéry.

« Pas de dossiers gagnés d’avance »

« Après l’échec de la Présidentielle, mon fils m’a demandé si je comptais participer à ce scrutin », raconte Alain Berthet devant la presse ce mardi 10 mai : « Je lui ai répondu que dans ma vie comme dans mon métier, je ne n’ai jamais eu pour habitude de ne prendre que des dossiers gagnés d’avance… Je suis de droite, fidèle à mes valeurs : je suis le candidat LR sur la 3ème circonscription ».

À lire aussi

Concilier « #droite et écologie »

Un candidat qui bouscule l’image des candidats traditionnels Républicains. Son slogan, bien visible sur l’affiche, associe « #droite et écologie ». Une audace justifiée : farouche défenseur de l’environnement, Alain Berthet et son association Non au Béton, qui ont joué un rôle crucial dans l’annulation du projet Oxylane, font trembler les promoteurs : « Seulement ceux qui ne respectent pas la loi et dont les projets nuisent à des espaces naturels qu’il faut protéger », rappelle-t-il. 

« Je souhaite donner un statut juridique aux arbres qui sont peu protégés en France. Il faut faire évoluer la loi et leur conférer un statut d’être vivant »

Alain Berthetcandidat LR

L’environnement, un bien commun

L’avocat tempère les ardeurs de ceux qui pensent que la Droite n’est pas très portée sur l’écologie : « De grandes lois en faveur de l’environnement ont été votées par des présidents de Droite, de Pompidou à Jacques Chirac… Et la prise de conscience des enjeux écologiques concerne aujourd’hui tout le monde. L’environnement n’appartient à aucun parti, c’est un bien commun qu’il faut défendre et mon rôle de député consistera à faire évoluer les choses ».  

À lire aussi

Le candidat LR fustige
Le candidat LR fustige « celles et ceux qui trahissent et vont à la gamelle » (©Mario Sinistaj)

Alain Berthet annonce une mesure pour laquelle il se battra : « Je souhaite donner un statut juridique aux arbres qui sont peu protégés en France. Il faut faire évoluer la loi et leur conférer un statut d’être vivant… En Nouvelle-Zélande et en Nouvelle-Calédonie, ce statut a déjà été attribué à des éléments naturels, des rivières ou des forêts ».

« Le député que je veux être sera à l’écoute des élus locaux. Ils sont sur le terrain, et le député doit être à leur côté pour les soutenir »

Alain Berthet

Jeunes, ainés, protection sociale et et insécurité

Sur le plan social, sujet très sensible en France, le candidat estime qu’il faut remettre beaucoup de choses à plat. Et dans le combat qui se dessine, Alain Berthet veut « contribuer à redresser une Droite partie à la dérive. Nous devons être une force de proposition. Moi, j’ai honte de cette France qui n’est pas capable de prendre soin de ses jeunes et de ses aînés, qui laisse les abus affaiblir notre si précieux système de protection sociale, et qui n’a pas su rétablir le respect de la loi. Malgré les discours et les postures, la peur n’a pas changé de côté, celui de ceux qui agressent… On le voit à Montpellier, où le sentiment d’insécurité va grandissant et où les incivilités se multiplient ».

À lire aussi

Dans son rôle de député, Alain Berthet promet de travailler avec les maires sur la préparation des futures lois pour coller avec la réalité du terrain et les besoins : « Le député que je veux être sera à l’écoute des élus locaux. Ils sont sur le terrain, et le député doit être à leur côté pour les soutenir et faire en sorte que l’Etat apporte des solutions concrètes… D’où mon association d’ailleurs avec Jackie Galabrun, maire de Saint-Drézéry ».

Alain Berthet : « La tambouille à Jean-Pierre Grand »

Le candidat LR annonce qu’il fera campagne sur ses idées, pas sur la polémique et les attaques. Interrogé par la presse sur ses concurrents, il a toutefois mis les choses au clair avec une franchise surprenante. Laurence Cristol, élue maire de Saint Clément de Rivière en 2020 sous l’étiquette LR mais candidate LREM aux Législatives, en prend pour son grade : « Début 2022, les Républicains lui ont logiquement proposé la 4ème circonscription, la sienne, mais elle a choisi de partir sur la 3ème sous l’étiquette LREM, une circonscription où elle n’a rien à faire… C’est une trahison pure et simple, un magnifique bras d’honneur à ses électeurs : Laurence Cristol s’engage auprès de ceux qu’elle a combattu il y a deux ans. Cette candidature est le fruit de la tambouille de Jean-Pierre Grand, l’ex-sénateur LR qui roule désormais pour Emmanuel Macron, et dont on s’occupera après les élections. Je déplore la démarche de Laurence Cristol qui trahie tout le monde pour aller à la gamelle ».

Sur Coralie Dubost, contrainte de renoncer à l’élection, suite au scandale de ses frais révélé par Médiapart, Alain Berthet reste sobre : « Je ne tire pas sur l’ambulance ».

Et sur Philippe Saurel, Alain Berthet lâche un « Ah, Philippe ! L’ancien maire de Montpellier veut sa revanche sur Michaël Delafosse en 2026, donc il faut qu’il existe d’ici là. Il va essayer de devenir député dans cette seule optique… Je ne suis pas sûr que les électeurs adhèrent à cette démarche ».

.

Le 12/05/2022 à 13:23, par Gil Martin.