Près de Montpellier. Gel : le climatologue Serge Zaka alerte sur une catastrophe agricole

Près de Montpellier. Gel : le climatologue Serge Zaka alerte sur une catastrophe agricole


L'agro-climatologue Héraultais Serge Zaka.
L’agro-climatologue Héraultais Serge Zaka. (©ITK)

Dans sa propriété champêtre de Saint-Martin-de-Londres, à 25 km au nord de Montpellier, où il profite d’une vue magnifique sur le majestueux Pic Saint-Loup, Serge Zaka, un terrien les yeux toujours rivés vers le ciel coiffé d’un chapeau de cow-boy, est très occupé : quand il ne chasse pas les orages (sa passion est d’immortaliser les éclairs et la foudre) avec ses appareils photos, cet agro-climatologue aventurier dans l’âme, traque les réalités climatiques qui font la pluie, le beau temps et…le gel ! En ce mois d’avril, alors qu’on attendait des températures printanières clémentes, un épisode de grand froid qui n’épargne pas l’Occitanie fait l’actualité.

« Une catastrophe agricole »

« Ça a tout d’une catastrophe agricole », diagnostique Serge Zaka, en analysant cette vague de froid qui a traversé la France lundi, en particulier sur la diagonale de Bergerac à Strasbourg. Des températures, jamais vues depuis 36 ans, font craindre le pire, car, elles menacent de détruire les premiers bourgeons et les futures récoltes. Les arboriculteurs sont les plus touchés, avec des arbres fruitiers à noyaux (pêches, cerises et abricots) qui auraient péri dans la vallée de l’Hérault, sans connaître pour l’heure la surface totale. En revanche, la vigne est épargnée et pour cause, fort heureusement, les bourgeons ne sont pas encore éclos. Dans d’autres régions, les vignerons, informés de l’arrivée du gel ont eux le temps de mettre en place une protection idoine, un système de coques, sur les ceps. Des mesures appliquées ici, également en prévision.

À lire aussi

Qui est Serge Zaka ?

Serge Zaka, artisan-photographe d’orage installé au nord de Montpellier, d’origine libanaise, aventurier dans l’âme et passionné dès l’âge de 8 ans. Adhérent, puis administrateur d’Infoclimat dès l’âge de 14 ans. Ingénieur agronome à Agrosup’Dijon à 22 ans. Docteur en agroclimatologie à l’INRAE de Lusignan à 26 ans. Depuis, chercheur-modélisateur scientifique dans le même domaine, j’étudie l’impact du changement climatique sur l’agriculture. « Depuis 2003, je parcours la France pour étudier et immortaliser nos plus beaux évènements climatiques. Comprendre le climat et ses impacts est une vocation. De fil en aiguille, ma passion m’a poussé jusqu’au doctorat. Le partage de ma passion m’est essentiel qu’il soit artistique, par la photographie, ou scientifique, par la vulgarisation ». 

Indemnisations 

Il n’en est donc pas de même pour les vergers, comme témoigne un exploitant installé dans le Biterrois : de petites pêches et nectarines déjà visibles sur les arbres ont « brûlé » et sont tombées à cause des gelées nocturnes, jusqu’à moins 3 degrés le week-end dernier. Une histoire dommageable qui se répète, en effet, en avril 2021, lors de l’épisode de gel historique, il avait perdu 50% de sa récolte sur dix hectares. Ironie du sort : des agriculteurs du Biterrois ont souffert des importantes crues du 13 mars dernier, avec des cultures de légumes détruites. Le préjudice est élevé. Depuis ces dommages successifs rapprochés sur les fruits et les légumes, de nombreux services concernés se mobilisent pour, dans un premier temps, établir une évaluation et lister les zones impactées et de déclencher des procédures d’indemnisations.

À lire aussi

Lors de l’épisode du gel d’avril 2021, où le thermomètre était descendu jusqu’à moins 8 degrés, le sous-préfet de Béziers, Pierre Castoldi s’était rendu dans des exploitations, à la rencontre des agriculteurs. La vague de froid s’était abattu dans le Biterrois, le Minervois, dans les hauts cantons, autour du Pic Saint-Loup, au nord de Montpellier et dans le bassin de Thau. Un arrêté de catastrophe naturelle avait été signé.

Un système d’alerte  

La prévention s’organise pour éviter ces aléas climatiques. Pour limiter l’impact du gel et de la canicule, les agriculteurs de l’Hérault disposent désormais d’un service développé par la société de météo Predict Services, basée à Castelnau-le-Lez, aux portes de Montpellier et financée par la Chambre d’agriculture. Les abonnés, de plus en plus nombreux reçoivent des alertes et des recommandations par sms et ne ratent pas les prévisions en temps réel du climatologue d’ici Serge Zaka, aussi bon et crédible, voire bien meilleur que certains météorologues d’ici de pacotilles. Chapeau bas, M.Zaka !

05/04/2022 à 13:30 par Jean-Marc Aubert