Montpellier : ils dégradent l’entrée du bureau de police de la Mosson

Montpellier : ils dégradent l’entrée du bureau de police de la Mosson


Deux Montpelliérains âgés de 20 ans ont été interpellés et placés en garde à vue, avant d’être remis en liberté, pour avoir dégradé l’entrée du bureau de police de la Sécurité publique de la division Nord, sur la dalle du Grand Mail, à la Mosson-la Paillade. Récit.

Tout a commencé mercredi matin, quand l’un d’eux s’est montré impoli, puis agressif avec l’agent de l’accueil, un adjoint de sécurité -ADS-, où il venait pour signer une convocation par officier de police judiciaire -COPJ-, suite à un délit.

À cause de son comportement, il n’a pas été orienté vers l’officier de police judiciaire, mais expulsé manu-militari du bureau de police, ce qui ne lui a beaucoup plu. Une fois dehors, pour se venger, il a longuement appuyé sur la sonnette, tout en tambourinant fortement sur la porte, avant de quitter les lieux.

Il revient avec un comparse

L’intéressé est revenu dans l’après-midi, hier, accompagné d’un comparse, vêtu d’une épaisse veste orange, qui n’est pas passée inaperçue. Beaucoup plus convivial que le matin, il a été aiguillé par l’adjoint de sécurité dans le bureau du policier, où il a finalement pu signer sa COPJ pour être jugé prochainement devant le tribunal correctionnel de Montpellier. Mais, les choses se sont gâtées de nouveau, quand les deux jeunes résidents de la cité ont insulté, puis outragé l’ADS en quittant le poste de police. Et une fois à l’extérieur, les deux individus ont arraché la sonnette de la façade, avant de saccager volontairement la serrure de la porte d’accès, la rendant inutilisable, avant de prendre la fuite à pied.

Filmés par la vidéosurveillance

Leur trace a été rapidement retrouvée, car, ils ignoraient que toutes les scènes de leurs exploits avaient été filmées par les caméras de vidéosurveillance : celles de la division Nord et de la Ville de Montpellier. Celui venu signer sa COPJ a été facilement logé par les enquêteurs de la Sécurité publique saisis de l’enquête, mais il n’était pas à son domicile.

Il s’est toutefois présenté dans la soirée et placé illico en garde à vue.

Ils nient tout

Celui qui l’accompagnait vêtu de la fameuse veste orange a pu être logé dans la nuit. Il a été arrêté ce jeudi à 9h30 et, à son tour placé en garde à vue. Les deux auteurs présumés ont nié les dommages volontaires sur l’entrée du poste de police et les outrages sur l’adjoint de sécurité à l’accueil, lequel a déposé une plainte, en dépit des enregistrements par la vidéosurveillance.

Ils ont été remis en liberté sur les instructions du parquet de Montpellier et ont quitté le commissariat avec en poche une convocation par officier de police judiciaire pour être jugés cette année à une audience du tribunal correctionnel.

Le 17/04/2019 à 21:00, par Jean-Marc Aubert.