Montpellier Handball : quatre renforts dont deux retours pour bonifier l’équipe

Montpellier Handball : quatre renforts dont deux retours pour bonifier l’équipe

24/07/2022 à 19:31

Karl Konan, une recrue de poids pour le Montpellier Handball.
Karl Konan, une recrue de poids pour le Montpellier Handball. (©CN / Métropolitain)

Le Montpellier Handball a fait sa rentrée ce mercredi 20 juillet débutant ainsi sept semaines de préparation avant le début du championnat le 7 septembre. L’occasion pour Patrice Canayer de présenter les quatre nouvelles recrues dont deux visages déjà connus des supporters montpelliérains.

Des joueurs ciblés

« L’année dernière, on parlait d’une saison un peu de transition dans lequel on repositionnait un socle où il y avait 7 ou 8 changements. Cette saison, il y en a quatre. Cette stabilité est importante car on construit l’avenir. Les modifications que l’on a aujourd’hui c’est pour bonifier le groupe » a expliqué mercredi Julien Deljarry lors de la rentrée du Montpellier Handball.

À lire aussi

Patrice Canayer détaille : « Nous avons ciblé des joueurs pour aller chercher plus de compétences et de talents à des endroits où il nous paraissait qu’il nous en manquait un peu ». Soit un gardien avec le retour au club de Rémi Desbonnet, un meneur avec le slovène Stas Skube, un arrière gauche défenseur avec l’international français Karl Konan et un arrière droit offensif avec le retour de prêt du jeune Giorgi Tskhovrebadze.

Des bases solides

Si la saison dernière fut compliquée et décevante, la prise de conscience du groupe et le travail fourni depuis janvier rendent l’entraîneur optimiste : « On part sur des bases solides aussi bien en attaque qu’en défense donc il ne faut pas chercher à tout reconstruire mais s’appuyer sur ce que l’on a mis en place l’année dernière ».

Avec en tête une idée bien précise du rôle de nouvelles recrues : « Nous n’allons pas refaire notre jeu par rapport à eux. Ce sont eux qui rentreront dans notre dispositif car ils ont cette compétence. En défense, je sais que Karl connaît notre dispositif. Je l’ai observé de visu et en vidéo, je sais comment on pourra l’utiliser pour qu’il soit efficace tout de suite. Si demain, il devient un génie en attaque et marque 150 buts, croyez-moi, il sera sur le terrain tout le temps en attaque » et de compléter : « Il y a à la fois les places que l’on détermine à l’avance, et il faut être précis, et il faut aussi laisser le champ des possibles aux joueurs, c’est comme ça qu’ils se révèlent ».

Stas Skube, le bonificateur

Stas Skube, un des meilleurs meneurs de jeu au monde.
Stas Skube, un des meilleurs meneurs de jeu au monde. (©CN / Métropolitain)

Sur Stas Skube (32 ans, demi-centre), Patrice Canayer plaisante : « Nous ne sommes pas allés le chercher parce qu’il est à peu près de la même taille que moi, même si ça me fait plaisir au temps mort de retrouver un joueur de ma taille » mais c’est pour mieux abonder en éloges :  » C’est un des meilleurs meneurs de jeu au monde aujourd’hui. Il a déjà gagné la Ligue des champions, a fait beaucoup de clubs, il a l’habitude du handball international. Il a un talent et une science du jeu énormes et surtout c’est un joueur qui sait jouer la compétition, qui sait jouer un ballon important ».

Vainqueur de Ligue des Champions en 2019 avec le Vardar Skopje, Stas Skube a ensuite évolué pendant deux ans au Meshkov Brest. L’implication de la Biélorussie avec la Russie dans la guerre en Ukraine rendant la situation compliquée pour les sportifs étrangers, le slovène devait rejoindre Kielce avec que Montpellier ne réussisse à le convaincre.

À lire aussi

L’entraîneur montpelliérain ne cachait d’ailleurs pas son plaisir de le compter dans son effectif : « Je le suis depuis de très nombreuses années et c’est un plaisir de travailler avec lui. Nous avons toujours eu beaucoup de joueurs slovènes. C’est un pays que l’on connaît bien, d’ailleurs j’ai failli entrainer la sélection slovène il n’y a pas très longtemps, et qui dégage des joueurs de très grandes qualités et surtout des gens qui ont un comportement toujours exemplaire ». Les Jure Dolenec, Dragan Gajic et Vid Kavticnik ont laissé de très bons souvenirs à Montpellier, Stas Skube a tout pour s’inscrire dans leur lignée.

Avec une qualité mise en avant : « Il a un jeu fantastique mais surtout il bonifie les joueurs autour de lui. Baptiste Bonnefond (ndlr : qui a joué avec lui au Meshkov Brest) me disait récemment que quand on joue à côté de lui, on a l’impression de redécouvrir le handball. Avec le palmarès qu’il a, c’est un garçon plein d’humilité qui correspond très bien à l’ADN et à l’image du MHB ».

Après tout ça, inutile de dire que Patrice Canayer attend beaucoup de Stas Skube : « Il aura un rôle très important. Il partagera cette responsabilité avec Kylian Villeminot qui a fait l’année dernière une très belle saison. Il va associer son talent au sien pour avoir une association de meneurs de jeu de très très haut niveau ».

Diego Simonet, de meneur altruiste à soliste flamboyant

Quant à Diego Simonet, annoncé un temps sur le départ avant que les choses ne rentrent dans l’ordre, Patrice Canayer a détaillé : « C’est clair depuis janvier à tous les niveaux : du contrat, au poste, aux attitudes… C’est un joueur essentiel mais le vrai Diego Simonet. Cela fait dix ans que l’on travaille ensemble. Vous en connaissez beaucoup des entraineurs qui travaillent dix ans avec des joueurs ? Je suis un entraineur fidèle avec les joueurs mais il faut que cela match, le but est d’être performant, pas d’être ensemble pour être pote. Je ne suis pas là pour être pote avec eux. On a travaillé dix ans, pendant quatre mois cela ne s’est pas bien passé. On s’est expliqués, durement, maintenant c’est terminé. Tout va bien.

Repositionné en arrière depuis janvier, l’Argentin s’est montré plus épanoui et les performances de l’équipe s’en sont trouvés améliorées. « Il est sur un poste où il amène beaucoup à l’équipe. Il pense que c’est son poste où il amène le plus, je suis assez d’accord avec lui aujourd’hui. Aujourd’hui, c’est un arrière gauche qui a d’ailleurs fait la saison en étant numéro un et qui a été extrêmement performant en attaque et en défense. Cela ne veut pas dire qu’il ne dépannera pas de temps en temps au poste de meneur mais aujourd’hui c’est un arrière gauche qui est là pour percuter, marquer des buts pour créer des situations décisives » reconnait Patrice Canayer.

L’entraîneur manager conclut : « C’est pour cela que l’on avait besoin de faire venir un joueur comme Stas qui est un joueur régulateur qui fera jouer les autres. Diego a besoin de joueur pour lui aujourd’hui. Il aime ça et il le fait très très bien. Et finalement en jouant pour lui, il joue bien pour les autres. On avait donc besoin d’un organisateur sur un projet collectif plus global. Stas avec Kylian formera une paire fantastique de demi-centre ». Et au vrai Diego Simonet de faire tourner la tête des défenses adverses.

Karl Konan, l’expert de la défense

Karl Konan, solide défenseur international français.
Karl Konan, solide défenseur international français. (©CN / Métropolitain)

À 27 ans, Karl Konan arrive avec un rôle bien défini. « Il est venu pour apporter de la densité athlétique à notre défense. C’est un garçon qui a énormément progressé ces dernières années qui est aujourd’hui un international français reconnu et qui s’est bien installé en équipe de France mais si on n’y est jamais installé » résume Patrice Canayer.

Bien qu’Aix ayant terminé juste devant Montpellier la saison dernière, rejoindre le club héraultais représente une marche à franchir. « J’avais envie de me challenger et de voir autre chose. Cela fait huit ans que j’étais à Aix. Montpellier sera un cap dans ma carrière au niveau du professionnalisme, du travail, de la rigueur dans le sport » explique-t-il.

À lire aussi

Pour autant, Patrice Canayer compte bien en faire un élément essentiel de son organisation : « Lui dira qu’il vient continuer sa progression mais j’ai tendance à dire qu’il va surtout amener son expertise de la défense ce qu’il sait déjà énormément faire. On compte sur lui pour asseoir notre organisation défensive mais comme c’est un joueur ambitieux qui ne veut pas être cantonné aux rôles défensifs, il vient pour progresser dans le secteur offensif et le jeu de transition. L’objectif est qu’il nous amène ses compétences et son expertise et qu’on l’aide à grandir en tant que joueur pour que demain il soit encore plus complet qu’aujourd’hui ».

Rémi Desbonnet, l’ADN du club

Après neuf saisons à briller à Nîmes, Rémi Desbonnet (30 ans) revient dans son club formateur. Une grande satisfaction pour Patrice Canayer dans un secteur qui a fait défaut ces dernières années mais pas que : « Il y a deux côtés avec le retour de Rémi. Sur l’aspect sportif, depuis quelques années, c’est un des meilleurs gardiens du championnat de France avec Nîmes et qui nous a souvent fait des misères. C’est un gardien de but reconnu de l’équipe de France. C’est important mais il y a autre chose avec Remi, un peu comme avec Giorgi. La vie dans un club est faite d’arrivées, de départs et de retour. Rémi incarne cela. C’est un joueur qui a été formé et a joué au club. Il est parti et il revient car il a envie de revenir. Ce retour pour les 40 ans du club c’est extrêmement significatif ».

À lire aussi

Un retour rempli de symbole comme un signal envoyé notamment aux jeunes joueurs. « Il a en lui l’ADN de Montpellier. Il a été formé ici, il connaît ce club et il incarne l’identité montpelliéraine. Quand un joueur formé au club revient c’est aussi un message passé à tout le monde comme quoi l’herbe est verte ailleurs mais est aussi verte chez nous » souligne Patrice Canayer.

Giorgi Tskhovrebadze, le fou

Giorgi Tskhovrebadze, un joueur fou selon son entraîneur Patrice Canayer.
Giorgi Tskhovrebadze, un joueur fou selon son entraîneur Patrice Canayer. (©CN / Métropolitain)

Après avoir été prêté un an en Suisse au Pfadi Winterthur, Giorgi Tskhovrebadze est de retour à Montpellier avec une prolongation à la clé. « Il incarne cette jeune génération de joueurs comme Arthur Lenne, Veron Nacinovic… sur lequel on s’est penché pour porter l’avenir du club. Il est chez nous depuis très longtemps, il avait 16 ans quand il est arrivé, c’était un enfant. Aujourd’hui, c’est devenu un adulte et le fait d’avoir été prêté pendant un an en Suisse l’a fait grandir. On récupère un joueur qui ne vient pas comme un jeune joueur du centre de formation mais comme un professionnel pouvant amener toutes ces compétences et il en a beaucoup » souligne Patrice Canayer.

À 21 ans, le Géorgien au nom imprononçable est bourré de talents – énorme détente et grosse frappe – mais n’a jusqu’à présent eu que trop peu l’occasion de les montrer. Cela pourrait changer en devenant le facteur X du MHB comme le met en avant son entraineur : « Il est un peu fou et cela fait du bien d’avoir un joueur un peu fou sur le terrain. On va essayer de la garder fou et des fois de le rendre raisonnable. Il vient surtout amener toute sa puissance, son jump et sa détermination ». Tout pour retourner le palais des sports René Bougnol.

Et pour ceux qui en douteraient, Patrice Canayer appuie : « Je ne l’ai pas dit en rigolant, Giorgi : crazy. Il va amener cette folie. À un moment où personne ne veut prendre le tir, il va y aller car il a les cojones » en ajoutant à son intention : « Il y a ce qu’il est capable de faire et la place qu’il prendra, c’est ouvert ».


Cédric Nithard