10 ans du titre du MHSC / Dadou : « J’ai eu l’impression de devenir champion de France de BD »

10 ans du titre du MHSC / Dadou : « J’ai eu l’impression de devenir champion de France de BD »

20/05/2022 à 17:31

Dadou, amoureux fou du MHSC.
Dadou, amoureux fou du MHSC. (©CN / Métropolitain)

Dadou compte sans doute parmi les plus grands amoureux du MHSC. Il y a dix ans, quand Montpellier remporta le championnat de France, sa vie bascula. Au-delà du plaisir immense du supporter, son rêve de devenir dessinateur se réalisa cette année-là par la grâce d’une vision et l’amour d’un homme, Louis Nicollin. Depuis, Dadou ne cesse de croquer avec bonheur son club de coeur dans ses BD, dans Midi Libre ou sur les réseaux sociaux et plus généralement le sport en direct dans les émissions d’Eurosport.

À lire aussi

Où étais-tu il y a 10 ans le soir du titre ?

J’étais chez un ami d’enfance que je n’avais pas vu depuis longtemps dans un appartement sur la place de la Comédie. J’étais d’abord dans la foule avant de monter voir le match chez lui. Ce qui est drôle c’est qu’il y avait un léger décalage entre la télé, qui avait un peu d’avance, et l’écran géant. Sur le deuxième but, on était comme des fous dans l’appartement et je suis sorti sur le balcon en hurlant. J’ai un peu spoilé le but et, ironie du sort, on peut m’entendre crier sur la vidéo du titre qu’a fait Rémi Gaillard. Après je suis descendu, j’ai fait la fête toute la nuit, je suis allé les accueillir à l’aéroport comme un vrai supporter.

Que représente ce titre ?

Déjà c’est l’aboutissement d’énormes sacrifices d’un type extraordinaire qu’était Louis Nicollin. Cela représente la victoire d’un club familial, de quelqu’un qui a mis toute son âme et son argent dans le club, l’année où arrive tout le foot que je n’aime pas : le foot business, le foot du Qatar, le foot du XXIe siècle… C’est le petit contre le grand, les valeurs contre le pognon, l’amour du maillot contre les mercenaires…

Et personnellement, supporter de Montpellier, petit-fils de président d’un club de foot associatif, fils d’entraineur, passionné de ballon, je me retrouve à faire une BD parce que j’en avais marre que les médias montrent Louis Nicollin à travers ses déclarations qu’ils trouvaient vulgaires alors que je les trouvais plutôt franches. J’ai passé mon été à la faire et je vais voir le président le 1er septembre. Le championnat a débuté depuis trois journées, on est premier et je lui annonce qu’on sera champion de France à la fin de la saison. C’était la première fois que l’on se voyait. Il m’a pris pour un fou et on est devenus à ce moment-là inséparable. Je l’avais au téléphone tous les jours et jusqu’à ses derniers jours j’étais là. J’ai eu la chance, en tant que supporter de Montpellier, de vivre toute l’année dans les coulisses du MHSC et de Louis Nicollin. C’était un rêve éveillée. Et quand les joueurs sont devenus champion de France, je suis devenu un peu champion de France de BD. Cela a lancé ma carrière, ma vie…

Qu’est ce qui t’a fait pensé que Montpellier allait être champion de France ?

J’en étais sûr car je l’ai vu en faisant la BD. Le championnat n’avait pas commencé que j’ai eu un flash. Ensuite cela faisait trois que c’était la même équipe. En tant que passionné de foot, un club qui garde son effectif a les résultat la troisième année. Enfin, quand j’ai vu le match à Lille où Laurent Pionnier fait un match de fou et on ramène les trois points alors que c’est un hold-up dingue. Je me suis dit qu’on avait la baraka et qu’on allait être champion. C’est pour ça que je le dis très sincèrement à Louis Nicollin en le croyant vraiment.

À lire aussi

Du coup, tu as parié et gagné combien ?

Malheureusement, je ne suis pas un homme d’argent. J’avais vu sur un site anglais que si j’avais parié 100€ le jour où je l’ai annoncé à Louis Nicollin, je gagnais 100 000€. Mais cette année-là j’ai gagné bien plus que de l’argent. J’ai tout gagné car je suis devenu dessinateur à plein temps et j’ai vu des choses incroyables. Ma vie a complètement changé.

Avant cet épisode, en tant que supporter du MHSC, tu pensais un jour voir Montpellier champion de France ?

Non. Je pensais que décroché une coupe d’Europe c’était déjà génial. On a toujours un rêve à l’intérieur. D’ailleurs si je n’avais pas rêvé dans la vie, je ne serai jamais devenu dessinateur. Donc oui je crois au rêve mais franchement je n’y pensais pas.

À lire aussi

Cela fait aussi partie du plaisir de supporter une équipe comme Montpellier.

Exactement. On serait en National que je continuerai à encourager l’équipe. Je trouve que c’est ça le plaisir du supporter. Je ne comprends pas les supporters du PSG qui arrivent à se satisfaire d’être champion pour la dixième fois. Avec ce pognon et cette équipe, cela n’a aucun intérêt. Je n’aime pas les grosse équipes. Même quand cela m’arrive encore de jouer à la Playstation, je prends une petite équipe. Moi j’aime Montpellier, on a galéré et on y arrivé. C’était extraordinaire et j’espère qu’on le revivra un jour.

Retrouvez l’univers de Dadou sur dadoubd.com, Twitter et Facebook.

Cédric Nithard