Handball / Ligue des Champions : malgré la défaite, Montpellier peut encore y croire

Handball / Ligue des Champions : malgré la défaite, Montpellier peut encore y croire

13/05/2022 à 08:01

Grosse ambiance à la Sud de France Arena entre les supporters montpelliérains et polonais.
Grosse ambiance à la Sud de France Arena entre les supporters montpelliérains et polonais. (©CN / Métropolitain)

Ambiance des grands soirs à la Sud de France Arena jeudi soir pour le quart de finale aller de Ligue des champions entre Montpellier et Kielce. Dans une salle comble et bouillante,  le MHB s’est incliné 31 à 28. Rien n’est encore perdu pour la qualification au Final Four mais il faudra être solide mercredi prochain pour l’emporter en Pologne.

À lire aussi

Les supporters montpelliérains vivant une saison en dent de scie, cette date était attendue avec impatience. Quoi de mieux en effet qu’un quart de finale européen pour laisser de côté le triste bilan des coupes et les incertitudes du championnat. D’autant que le MHB est un habitué des résurrections dans la plus prestigieuses des coupes qu’il a soulevé en 2003 et 2018. Alors à deux matches du Final Four à Cologne, les hommes de Patrice Canayer, privé de Yanis Lenne et Julien Bos mais enregistrant le retour de Valentin Porte, entendaient bien faire régner sa loi face à un vieil adversaire déjà rencontré à dix reprises pour un ratio de six victoires dont les trois dernières confrontations.

Une bataille

Face au champion de Pologne, invaincu dans son championnat et premier devant Barcelone de la phase de groupe, la mission ne s’annonçait pas aisée. Deux arrêts consécutifs de Sego lançaient parfaitement les hostilités. Les deux équipes se tenaient tête jusqu’à ce que D. Dujshebaev creuse l’écart (4-6, 9′). Dès lors, Montpellier allait ensuite courir après le score.

Quelques minutes plus tard, après un tir à bout portant de Moryto dans la poitrine de Sego, l’ambiance se tendait sur le terrain avec un début d’échauffourée. Dans la mêlée, l’arbitre excluait Porte et Nahi. L’ancien parisien, survolté, était pris en grippe durant toute la rencontre par les supporters montpelliérains.

Kielce maintenait un écart de trois buts. Au quart d’heure de jeu, D. Dujshebaev accrochait le bras de Villeminot et était définitivement exclu. Dans les cages, Sego multipliait les arrêt tandis que Moscariello d’une superbe roucoulette, Villeminot d’un tir à la hanche, puis Pellas ramenaient Montpellier à un but (9-10, 21’). Mais l’armada polonaise reprenait son avance de trois buts à la pause grâce à un trop grand nombre de balles perdues par les Montpelliérains (12-15).

Trop juste

De retour sur le parquet, Montpellier repartait tambour battant. Autant en tribune que sur le terrain. Simonet et Descat sonnaient la charge quand Sego continuait à limiter la casse dans les cages. La bataille était toujours aussi âpre, les exclusions de part et d’autre tombaient. Kielce ne lâchait rien et surtout ne laissait passer aucune erreur. Avec caractère, Wallinius ramenaient par deux fois Montpellier à une longueur (22-23, 45’).

Mais Kielce, au collectif flamboyant porté par un étincelant A. Dujshebaev, veillait toutefois à toujours maintenir son adversaire à bonne distance. Frustrant pour les Montpelliérains qui voient Kielce s’imposer 31 à 28 dans leur salle. Si rien n’est perdu, il faudra être très solide mercredi prochain pour renverser la tendance en Pologne.

Feuille de match

Évolution du score : 2-2 (5’) ; 4-5 (10’) ; 5-8 (15’) ; 8-10 (20’) ; 9-13 (25’) ; 12-15 (30’) ; 17-20 (35’) ; 20-22 (40’), 22-23 (45’), 23-26 (50’), 25-27 (55’), 28-31 (60′).

MHB : Sego (14 arrêts), Bolzinger – Berthier, Simonet (3/6), Villeminot (4/7), Descat (5/5), Pellas (2/2), Bataille, Panic (3/7), A. Lenne (1/1), Moscariello (1/1), Porte (3/5), Wallinius (4/8), Duarte (1/3), Nacinovic (1/1).

Ent . Patrice Canayer.

Exclusions temporaires : Simonet, Villeminot, Descat, Porte, Duarte.

Kielce : Kornecki, Wolff – Vujovic, Sanchez, Sicko (1/1), A. Dujshebaev (7/8), Tournat (3/4), Karacic (2/6), Kulesh (4/6), Moryto (4/6), D. Dujshebaev (2/2), Thrastarson, Paczknowski, Gebala, Karalec (5/6), Nahi (3/7).

Ent. Talant Dujshebaev.

Exclusions temporaires : Sanchez (x2), Thrastarson, Packnowski, Nahi.

Exclusion définitive : D. Dujshebaev

Match retour mercredi 18 mai à 20h45.

Résultats des quarts de finale aller :

PSG – Kiel : 30-30

Flensburg – Barcelone : 29-33

Veszprem – Aalborg : 36-29

Montpellier – Kielce : 28-31

Réactions d’après-match :

Benjamin Bataille, Patrice Canayer, Talant Dujshebaev et Nicolas Tournat.
Benjamin Bataille, Patrice Canayer, Talant Dujshebaev et Nicolas Tournat. (©CN / Métropolitain)

Talant Dujshebaev (entraineur Kielce) : Je ne peux pas accepter de félicitations maintenant. Nous ne sommes qu’à la mi-temps. L’année dernière nous avons gagné à Nantes et été éliminé à domicile. Nous avons beaucoup de respect pour Montpellier. La semaine prochaine on va se battre chez nous et alors, si on gagne, on méritera les félicitations.

Arnaud Tournat (pivot Kielce) : Nous avons fait un bon match mais ce n’était que 60 minutes. On est bien placé pour savoir que cela n’assure pas une qualification. Il faut encore jouer 60 minutes de haut niveau la semaine prochaine pour aller chercher la qualification.

Patrice Canayer (entraineur Montpellier) : Quand je regarde les statistiques, on est a égalité au pourcentage de tirs, on est meilleur au niveau des gardiens de but, mais on a cinq pertes de balles en plus ce qui explique l’écart du match. En deuxième période, nous avons commis de petites erreurs qui nous ont couté cher. Il y avait moyen de faire mieux. Le match n’est pas terminé, il reste 60 minutes. En première période nous étions inefficaces, la deuxième était de meilleurs facture mais nous avons fait preuve de naïveté sur certaines situations. Nous avons récupéré Valentin Porte mais il a joué sur l’aile car il n’avait pas suffisamment les jambes pour jouer arrière. Nous avons produit des choses intéressantes. Il nous reste une semaine pour corriger nos erreurs. J’ai dit aux joueurs que si on ne joue pas là-bas, on en prendra dix. Je pense qu’on peut les tenir jusque dans les dernières minutes et l’emporter à la fin. D’autres l’on fait, à nous de relever ce défi. Si on veut aller au Final 4, il nous faut relever des défis.

Benjamin Bataille (arrière Montpellier) : On est encore en vie, au contact, alors qu’on n’a pas fait un grand match. Certaines choses n’allaient pas, on a joué avec le frein à main. Ils ont peut être manqué l’opportunité. Nous avons une semaine pour régler ces petits problèmes et si on fait un grand match, ils sont à notre portée. À nous d’arriver conquérant et d’aller chercher la qualification. On a vu ce soir que c’était possible. Nous sommes le petit Poucet mais cela ne nous fait pas peur.


Cédric Nithard