Législatives / Hérault : les duels dans les neuf circonscriptions

Législatives / Hérault : les duels dans les neuf circonscriptions


Les électeurs se rendront-ils dans les bureaux de vote dimanche ?
Les électeurs se rendront-ils dans les bureaux de vote dimanche ? (©CN / Métropolitain)

Second tour des élections législatives ce dimanche 15 juin. Dans l’Hérault, la NUPES a réussi son pari de qualifier ses neuf candidats. Cinq sont opposés à des candidats d’extrême droite et quatre à des candidats de la majorité présidentielle. Tour d’horizon des duels desquels émergeront les neuf députés héraultais qui rejoindront les bancs de l’Assemblée nationale.

Après le premier tour

L’Hérault n’a pas fait exception à la règle. Seulement 47,14% des 851 689 électeurs inscrits se sont déplacés aux urnes pour le premier tour des législatives. Dans ce contexte, les duels seront la règle au second tour. Quatre députés sortant n’y participeront pas : Jean-François Eliaou sur la 4e, Philippe Huppé sur la 5e et Christophe Euzet sur la 7e pour la majorité présidentielle et Muriel Ressiguier de La France Insoumise. Cette dernière payant le prix des divisions militantes des Insoumis de Montpellier. Coralie Dubost sur la 3e et Nicolas Demoulin sur la 8e ne s’étant pas représentés, la première après les révélations sur ses notes de frais et le deuxième pour retourner à la société civile, trois députés, Patricia Mirallès (Ensemble) sur la 1ère, Emmanuelle Ménard (divers extrême droite) sur la 6e et Patrick Vignal (Ensemble) sur la 9e, sont encore en course.

Manuel Bompard entouré des candidats de la NUPES de l'Hérault.
Manuel Bompard entouré des candidats de la NUPES de l’Hérault. (©CN / Métropolitain)

La NUPES a réussi son pari en plaçant ses neuf candidats au second tour. De quoi accentuer d’autant plus l’échec des candidatures dissidentes des socialistes. Le soutien des cadres locaux et les réseaux n’ont clairement pas pesé. Carole Delga, Kléber Mesquida et Michaël Delafosse, ont donc appelé, avec des formulations et engagements différents, à voter pour les candidats de la NUPES et contre l’extrême droite. Avant de développer leur ambition nationale de construire un mouvement indépendant du Parti Socialiste après le ralliement à Jean-Luc Mélenchon, ils devront sans doute se pencher sur leur majorité au sein de leurs collectivités respectives. Les alliances d’antan pourraient être soumises à rudes épreuves et remodelées dans les semaines à venir.

L’abstention s’annonce une nouvelle fois importante et certains s’interrogeront sans doute quant à la légitimité des élus. À l’exception de la 2e et la 6e, où les électeurs ont placé largement en tête Nathalie Oziol (NUPES) à Montpellier et Emmanuelle Ménard (divers extrême droite) à Béziers, le suspense sera bien présent dans les autres circonscriptions. Tour d’horizon.

1ère circonscription

Julien Colet ( 26,94% / NUPES) – Patricia Mirallès (24,83% / Ensemble)

La division à l’extrême droite (Rassemblement National, Reconquête, Les Patriotes soit 11 358 voix) ayant coûté la première place à France Jamet, le second tour opposera Julien Colet de la NUPES à Patricia Mirallès d’Ensemble séparés de 856 voix. Un duel entre le prof d’histoire-géo et la députée sortante qui s’annonce très serré. Entre l’abstention et l’interrogation quant au report des suffrages gauche / droite, difficile de prédire qui remportera la première circonscription.

Cantons de Lattes, Montpellier V, Montpellier VI, Montpellier VIII et la commune de Villeneuve-Lès-Maguelone.

2e circonscription

Nathalie Oziol (40,73% / NUPES) – Annie Yague (18,52% / Ensemble)

Dans la circonscription de toutes les dissidences, Nathalie Oziol de la NUPES est sortie largement en tête confirmant l’excellent résultat à Montpellier de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la Présidentielle. Avec moitié moins de voix, Annie Yague d’Ensemble arrive en deuxième position sans sembler pouvoir rattraper son retard. Sauf énorme surprise, un duel gagné d’avance pour la prof agrégée d’anglais face à la conseillère municipale d’opposition et ex adjointe aux affaires sociales dans le mandat de Philippe Saurel.

Cantons de Montpellier I, Montpellier III, Montpellier VII et Montpellier IX.

À lire aussi

3e circonscription

Laurence Cristol (26,68% / Ensemble) – Julia Mignacca (26,59% / NUPES)

Seulement 41 voix ont séparé Laurence Cristol d’Ensemble et Julia Mignacca de la NUPES. L’onco-gériatre à l’ICM, maire de Saint-Clément-de-Rivière, également vice-présidente du Grand Pic Saint-Loup mise sur son ancrage local. En face, la militante écolo, membre d’EELV, responsable régionale du développement solaire d’une entreprise montpelliéraine espère mobiliser les voix de gauche pour faire basculer la circonscription. Difficile de prédire vers qui les électeurs des candidats éliminés reporteront leur vote. Le duel s’annonce tendu.

Cantons de Castelnau-le-Lez, Castries, Montpellier II et les communes de Boisseron, Saturargues, Saussines, Saint-Christol, Saint-Sériès, Vérargues, Villetelle, Campagne et Garrigues.

À lire aussi

4e circonscription

Sébastien Rome (28,06% / NUPES) – Manon Bouquin (22,71% / Rassemblement National)

Écarté du second tour pour 1 106 voix, Jean-François Eliaou d’Ensemble n’effectuera pas un deuxième mandat. Le duel opposera Sébastien Rome de la NUPES à Manon Bouquin du Rassemblement National. Le directeur d’école bénéficie d’une longueur d’avance – de 3 208 voix – sur l’attachée parlementaire de l’eurodéputée RN France Jamet qui pourra certainement compter sur les 3 085 voix de Reconquête. Si Sébastien Rome enregistrera sans nul doute les votes à gauche, le comportement des électeurs de droite à l’égard de Manon Bouquin pourrait toutefois renverser la balance. L’ancien député (12 527 voix) n’a lui donné aucune consigne.

Cantons de Aniane, Le Caylar, Claret (moins les communes de Campagne et Garrigues), Ganges, Gignac, Lodève, Les Matelles, Mèze, Saint-Martin-de-Londres.

À lire aussi

5e circonscription

Stéphanie Galzy (28,13% / Rassemblement National) – Pierre Polard (24,32% / NUPES)

Le député sortant de la majorité présidentielle Philippe Huppé n’a rien pu faire dans cette circonscription rurale qui verra s’opposer Stéphanie Galzy du Rassemblement National à Pierre Polard de la NUPES. Si l’adjointe de direction devance le maire de Capestang de 1 874 voix, le report des votes semble favorable à ce dernier. Mais rien n’est joué dans une circonscription qui a positionné Marine Le Pen en tête au second tour de la présidentielle. Là aussi, le député sortant n’a pas donné de consigne.

Cantons de Bédarieux, Capestang, Clermont-l’Hérault, Lunas, Montagnac, Murviel-lès-Béziers, Olargues, Olonzac, Roujan, Saint-Chinian, Saint-Gervais-sur-Mare, Saint-Pons-de-Thomières et La Salvetat-sur-Agout.

À lire aussi

6e circonscription

Emmanuelle Ménard (46,03% / Divers extrême droite) – Magali Crozier-Daniel (16,53% / NUPES)

Emmanuelle Menard est arrivée largement en tête du premier tour des législatives de la 7e circonscription de l'Hérault.
Emmanuelle Menard est arrivée largement en tête du premier tour des législatives de la 7e circonscription de l’Hérault. (©Alain ROBERT/SIPA)

En 2017, lors du premier tour des législatives, Emmanuelle Ménard avait obtenu 35,41% des suffrages soit 15 061 voix. Cinq ans plus tard, avec 46,03% la député sortante, soutenue par le Rassemblement National, améliore son résultat de 4 075 voix. Avec 12 005 voix à rattraper, la mission est quasiment impossible pour Magalie Crozier-Daniel de la NUPES. L’écart sera intéressant à observer.

Cantons de Béziers 1, Béziers II, Béziers III et Béziers IV.

À lire aussi

7e circonscription

Rassemblement National Aurélien Lopez-Liguori (31,01% / Rassemblement National) – Gabriel Blasco (21,75% / NUPES)

Le député sortant de la majorité présidentielle Christophe Euzet écarté dès le premier tour, le second tour opposera Aurélien Lopez-Liguori du Rassemblement National à Gabriel Blasco de la NUPES. Le conseiller municipal de Sète et attaché parlementaire de l’eurodéputé RN Jean-Lin Lacapelle devance de 4 801 voix le conseiller départemental communiste auquel il peut ajouter les 2 982 voix de Reconquête. Gabriel Blasco a pu compter sur le soutien de Kléber Mesquida et Carole Delga ajoutant les 3 404 voix de la dissidente PS. Les votes d’Ensemble (10 031 voix) et des Républicains (5 328 voix) seront décisifs.

Cantons de Agde, Florensac, Pézenas, Servian, Sète I et Sète II.

À lire aussi

8e circonscription

Sylvain Carrière (29,35% / NUPES) – Cédric Delapierre (24,92% / Rassemblement National)

Les 468 voix du dissident Stanislas Thiry ont coûté sa qualification à Jean-François Audrin qui pour seulement 276 voix est dépassé par le conseiller régional du Rassemblement National Cédric Celapierre. En tête de 1 905 voix, Sylvain Carrière, commercial et jeune militant de la NUPES entend bien conserver cette avance. Si le report des votes semble équilibrée, une nouvelle fois, Ensemble (10 453 voix) et, dans une moindre mesure Les Républicains (1 570 voix), ont les clés de l’élection. Les deux n’ayant pas donné de consigne.

Cantons de Frontignan (moins la commune de Villeneuve-les-Maguelone), Montpellier X, Pignan.

À lire aussi

9e circonscription

Patrick Vignal (28,37% / Ensemble) – Nadia Belaouni (27,69% / NUPES)

Duel serré pour le député sortant Patrick Vignal (Ensemble) face à Nadia Belouani (NUPES).
Duel serré pour le député sortant Patrick Vignal (Ensemble) face à Nadia Belaouni (NUPES). (©CN / Métropolitain)

Tout s’est joué dans un mouchoir de poche. Le député sortant de la majorité présidentielle Patrick Vignal est sorti en tête pour seulement 274 voix. Nadia Belaouni de la NUPES a elle devancé Fédéric Bort du Rassemblement National de 975 voix tandis que les bureaux du Pays de l’Or et du Pays de Lunel avaient placé ce dernier en tête. Le duel s’annonce donc très serré entre le prof de judo et la cheffe de secteur dans la cosmétique.

À lire aussi

Le 17/06/2022 à 06:04, par Cédric Nithard.