Commentaires

Aucun commentaire
Soyez le premier à réagir
Metropolitainfr

Montpellier : une boutique éphémère de créateurs

18/05/2019 à 16:00

Depuis le 11 avril dernier, une boutique un peu particulière a ouvert ses portes au 8 boulevard du Jeu de Paume à Montpellier. On y trouve des maillots de bain pour homme et femme, des terrariums, des vêtements pour enfants, des montres, des chaussures… Vous l’aurez compris, le choix est très diversifié, tout comme les gestionnaires de cette boutique. Ils sont huit, de la région et de Paris. Chacun a son parcours – la plupart sont en reconversion professionnelle, chacun a ses idées, mais il se rejoignent tous sur un point : ils sont créateurs et ils partagent le même magasin, fleurit par Joséphine, fleuriste à Montpellier.

Les Créateurs du n°8 est une boutique éphémère qui accueille les clients depuis le 11 avril 2019 et jusqu’au 31 août prochain. Ce concept permet à ces créateurs en plein lancement, qui ne peuvent pas se permettre d’avoir un pas de porte chacun, de quand même bénéficier d’un lieu de vente physique. « Nous avons tous un site internet, mais là ça permet de tester en réel le retour produit, de discuter avec les clients… et aussi de voir si nous avons le potentiel pour tenir une boutique », précise Julie Sagniev, créatrice de vêtements pour enfants. Un test en direct et grandeur nature.

Une boutique pas comme les autres

« Je ne voulais pas une boutique classique, où il n’y aurait que du prêt-à-porter. Je voulais des univers différents », explique Fatimata Bailly, créatrice de vêtements pour femmes, à l’initiative du concept. Un lieu de vie avec des événements, « mais pas avec un café comme on en trouve beaucoup dans les autres concepts store », détaille-t-elle. En plus de vendre leurs produits, les huit créateurs accueillent dans leur boutique des événements en tout genre comme un bar à ongles ce samedi 18 mai ou encore le Wonderapéro de l’association Wondermeufs le 21 mai. « Créer de l’animation dans la boutique, c’est une façon de faire venir un autre public. Nous allons faire des dégustations de vins, de l’automassage… C’est un rapport avec les gens, pas avec le prêt-à-porter. », explique celle qui est à l’origine du projet.

Ses sept compagnons de route, la créatrice les a rencontrés sur d’autres événements à Paris et sur les réseaux sociaux. « Avec Louis Senechal, qui conçoit des maillots de bain pour homme, par exemple, nous avons déjà tenu une boutique éphémère l’été dernier à Paris », raconte-t-elle.

Grandir de l’expérience de chacun

Faire de l’expérience de chacun une force pour les autres, les huit créateurs profitent de cette chance. « Nous échangeons beaucoup, on s’inspire des uns et des autres, on partage nos astuces… Il y a plus d’intérêt que de rester seul dans son atelier ou chez soi », admet Julie Sagniev. Magali Marzin Yo crée des bijoux et des terrariums. Son passé dans lui a apporté un regard très marchandising, et fait profiter de ce bagage aux autres les conseillant dans l’agencement de la vitrine et des dispositions des créations de chacun dans la boutique.

JFatimata Bailly et Julie Sagniev n’hésitent pas à échanger leurs astuces. (©Justine Lamard)

« C’est aussi une façon de créer du lien avec différents créateurs, dans différents domaines. On a tous des regards différents », décrit Fatimata Baily. « On se raconte nos réussites et nos petites galères aussi », sourit Julie Sagniev. Mégane Bambagha, créatrice de la marque de robes Vestale, ajoute qu’en partageant une boutique, « On a des collègues ! »

Un engagement environnemental

Tous les créateurs ont un engagement écoresponsable dans leurs produits. Que ce soit à travers les matières utilisées, les vêtements pour bébés de Julie Sagniev sont en coton biologique, Gwendoline Dessi utilise de l’Econyl®, de la fibre recyclée, pour fabriquer ses maillots de bain pour femmes, ou dans le choix d’implantation des ateliers, presque tous produisent en Europe (France, Italie et Portugal). « En fait nos produits c’est du bien, du beau pour la garde-robe et la maison, et du bon pour la planète », résume Fatimata Bailly.

Trois arrosages par an suffisent aux terrariums de Magali Marzin Yo. (©Justine Lamard)

Les créateurs


Nadira Belkacem