Montpellier. French Tech : 24 start-up quittent le BIC pour écrire leur histoire

Montpellier. French Tech : 24 start-up quittent le BIC pour écrire leur histoire


Cérémonie de départ vendredi 20 mai pour 24 start-up qui quittent le BIC
Cérémonie de départ vendredi 20 mai pour 24 start-up qui quittent le BIC (©dr)

Parmi ces 24 entreprises innovantes, de véritables pépites ont déjà commencé à faire leur place sur le marché, français et/ou international. Ce vendredi 20 mai 2022, l’incubateur montpelliérain, le BIC, a organisé une « Graduation CAP », une cérémonie en l’honneur de ces 24 pépites lesquelles, après plus de trois ans d’accompagnement, quittent la structure pour voler de leurs propres ailes.

Le BIC, moteur de la French Tech

Hind Emad, Vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole, déléguée au Développement économique et numérique, a tenu à saluer le travail du BIC qui a permis d’accompagner le développement de ces jeunes entreprises innovantes.

À lire aussi

446 créées par ces 24 entreprises

« Ces 24 start-up, qui appartiennent aux domaines de la santé, de l’alimentation, des industries culturelles et créatives, de l’environnement et bien sûr du numérique au total ont créé plus de 466 emplois : elles illustrent la richesse du territoire en matière d’innovation », indique l’élue qui a remis à chacune d’elles un certificat Compétitivité, Ambition, Performance (ou CAP) matérialisant leur parcours.

« Parmi ces 24 entreprises qui ont rester sur le territoire, certaines sont déjà reconnues comme de véritables pépites »

Hind EmadVice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole, déléguée au Développement économique et numérique

Les exemples Biopharma et Magic Pallet

Parmi ces entreprises, certaines ont déjà connu un développement important, comme Biopharma, une Biotech préclinique engagée dans la recherche et découverte de nouveaux médicaments antiviraux pour la santé humaine, mais aussi Magic Pallet qui a créé une plateforme numérique de gestion et de relocalisation des palettes permettant leur réemploi, générant des économies pour les entreprises et la réduction de l’empreinte carbone.

Il faudrait aussi citer Watertracksqui développe une technologie de gros robots sous-marins capables de réaliser des travaux sous l’eau, et notamment pour les barrages. La société a d’ailleurs travaillé en partenariat d’innovation avec EDF pour mettre au point un robot de piscine géant unique en Europe pour aller curer de façon écologique les sédiments au fond des lacs.

Le BIC de Montpellier est classé parmi les 5 meilleurs incubateurs au monde
Le BIC de Montpellier (ici le patio central) est classé parmi les 5 meilleurs incubateurs au monde (©dr)

Mais aussi Sereema et DigixArt…

Départ du BIC également pour d’autres pépites, comme Sereema, une Greentech qui a mis au point un boitier, reposant sur la technologie digitale Windfit, qui optimise le rendement des éoliennes. Ce boitier équipé déjà plus d’un millier d’éoliennes en Europe et en Amérique du Nord. Enfin, DigixArt prend aussi son indépendance. Ce studio de développement de jeux vidéos, créateur de « Road 96 », le troisième jeu du studio qui a reçu en mars dernier, a reçu 5 « Pégases », des prix considérés comme les « Césars du Jeu Vidéo ».

Focus sur les 24 entreprises qui quittent le BIC

AI BIOPHARMA. Biotech créée en 2018 dont les recherches s’appuient sur une plateforme d’Intelligence Artificielle pour l’accélération des phases de « drug discovery ». Lancée par le docteur Cyril Dousson, la biotech développe ses programmes dans ses laboratoires de chimie médicinale au sein de l’incubateur de l’ENSCM-Galéra (Montpellier-Euromédecine).

ANATOSCOPE. Créée en 2015 par François Faure et Frédérick Van Meer, elle développe une technologie de modélisation et de simulation de patients virtuels et traitements médicaux, une technologie qui peut être appliquée à différents domaines de la santé. Elle se concentre sur le dentaire et l’orthopédie externe.

BIMER SERVICES. Créée en 2017 par Éric Matias et Laurent Rachez, elle démontre que la norme BIM permet d’améliorer la gestion d’un patrimoine immobilier sur toute la durée de vie des bâtiments ou résidences. Cette solution de gestion répond de plus à la loi ELAN avec son Carnet Numérique d’Entretien.

DIGIXART. Créé en 2015 par Anne-Laure et Yoan Fanise, le studio concentre sa créativité sur les jeux d’aventures en 3D pour consoles et PC. Il a rejoint le groupe suédois Embracer, n°1 en Europe pour des projets encore plus ambitieux.

EASYPICKY. Créée en 2017, EasyPicky, cette start-up est spécialisée en intelligence artificielle. Elle propose une solution à destination des marques de la grande distribution pour automatiser les relevés de linéaires en magasin. La société travaille aujourd’hui avec 5 des 10 plus grandes marques du monde et déploie rapidement sa solution à l’international.

Pierre-Edouard Robert, fondateur et patron de la start-up Magic Pallet, propose une solution à l’impact environnemental positif pour les entreprises
Pierre-Edouard Robert, fondateur et patron de la start-up Magic Pallet, propose une solution à l’impact environnemental positif pour les entreprises (©dr)

EKWATO. Fondée en septembre 2018 par Vincent Pélé, cette entreprise a développé une plateforme SAAS pour réaliser automatiquement l’analyse de risque de la chaîne d’approvisionnement des produits bois. Désormais, connaître le niveau de risque d’illégalité d’un produit bois (jusqu’à la forêt d’origine de chaque composant bois utilisé) est une obligation légale en Europe.

ENEO. Créée en 2015 par Charles Moszkowicz, ENEO met son expertise numérique au service de projets liés à la préservation et à la valorisation de l’environnement. Avec ses clients, elle conçoit et développe des solutions numériques éco-conçues visant à générer un impact social, sociétal et environnemental positif. Un exemple : Explorama, une solution de création de parcours numériques ludiques pour sensibiliser au patrimoine local…

FABSTER. Créée en 2017 par David Nicolas, FABSTER est une solution vidéo magique à destination des médias et des marques. Elle diffuse des vidéos captivantes au sein d’un player intelligent monétisé grâce à des annonceurs engagés.

GEARPROD. Créée en 2017 par Gilles Raymont, Adrien Vert et Philippe Blandin, experts du monde du divertissement professionnel, la société a développé une expérience de jeu unique : un moteur de création d’attraction immersive (des environnements virtuels incluant des interactions poussées avec un décor physique). 5 attractions sont actuellement installées en France et en Allemagne.

GL BIOCONTROL. Créée par Nicolas Fabre en 2008, la start-up est spécialisé dans la maîtrise des risques environnementaux et dans la biosurveillance de l’eau et des surfaces. GL BIOCONTROL est spécialisée dans l’ingénierie sanitaire et dans la surveillance microbiologique des eaux, des surfaces et de l’air.

IDEALYS. Créée en 2015 par Yves Giglio, la PropTech édite des solutions logicielles pour la vie intelligente et adresse son offre aux principaux acteurs du secteur de l’immobilier. Ces derniers peuvent ainsi propulser leurs projets dans l’ère d’un immobilier totalement repensé.

IMAGEAU. Issue du CNRS (Laboratoire Géosciences de Montpellier), IMAGEAU est le fruit de rencontres entre ingénieurs et chercheurs autour d’une idée commune : protéger les ressources en eau par une surveillance précise et commune. La start-up travaille pour mettre le numérique et l’intelligence artificielle au service de la préservation de la ressource en eau.

ITK. Fondée en 2003 à Montpellier par Éric Jallas, alors Directeur de recherches au CIRAD, ITK est est une société pionnière de l’agri-intelligence à l’échelle mondiale. Basée à Clapiers, la start-up  est spécialisée dans la technologie et la recherche agronomique pour répondre aux enjeux complexes de l’augmentation de la population, des tensions sur les ressources et de la lutte contre le changement climatique. Elle conçoit et développe des solutions numériques pour une agriculture – végétale et animale – performante et durable, et pour l’adaptation de l’agriculture au changement climatique. ITK, dirigée par Aline Bsaibes, est implantée sur trois sites : Montpellier, Rennes, San Francisco.

Léanova a créé le kiosk Solidaire pour le Secours populaire
Léanova a créé le kiosk Solidaire pour le Secours populaire (©Métropolitain)

LA BRIGADE DE VÉRO. Créée en 2016 avec Arthur Capon, Romain Roques et Véronique Capon, cette start-up fait le pari d’une alimentation plus saine. Elle prépare et livre des box de plats cuisinés avec des produits locaux et de saison pour les gens qui cherchent à prendre soin d’eux et de leur ligne partout en France.

LEANOVA. Cette EdTech internationale est spécialisée dans le « digital publishing ». Sa mission : contribuer à rendre accessible la culture et l’éducation au plus grand nombre en digitalisant et en diffusant des contenus et des publications de toutes sortes : manuel scolaire, un journal, livre… Ces publications diffusables sur le web et lisibles par tous les navigateurs web sont également encapsulées dans une application bibliothèque aux couleurs des partenaires de LEANOVA, celle-ci faisant office de librairie numérique disponible partout et tout le temps.

MAGIC PALLET. Lancée par Pierre-Édouard Robert en 2017, Magic Pallet développe des solutions numériques de gestion et de relocalisation de palettes.

MOBEETIP. Jérôme Delorme a créé la société en 2018. A partir d’une plateforme unique d’analyse de données, Climatip, elle accompagne les entreprises et leurs salariés de manière ludique aux enjeux Énergie/ Climat tout en valorisant leurs bonnes pratiques dans les domaines de la mobilité, de l’énergie, des achats et du numérique. MOBEETIP travaille dans des PME, des ETI et des e grands groupes (Engie, Orange, Barrière, Orpé, CHU).

NEURINNOV. Créée par David Andrieu, David Guiraud et Serge Renaux, cette biotech développe un premier dispositif médical implantable dédié à la restauration de la fonction de préhension chez les personnes atteintes d’une tétraplégie qui fait appel à la stimulation électrique neuronale. Neurinnov est issue de 20 ans de recherche.

NXO ENGINEERING. Créée fin 2016 par César Narvaez, cette cleantech est spécialisée dans les domaines de l’eau, de l’énergie et de la biomasse (micro-algues). NXO Engineering propose la première station d’épuration carbone négatif et à énergie-positive en France tout en valorisant l’ensemble des ressources contenues dans les eaux usées urbaines : cellulose, eau réutilisable, engrais liquides, lombricompost, énergie, chaleur, crédits carbone, etc.

REGENLIFE. Lancée en 2016, REGEnLIFE est une société de technologies médicales à un stade clinique avancé et positionnée sur le traitement des maladies neurodégénératives. Elle développe une solution thérapeutique brevetée basée sur la biophotonique, une application non-invasive et indolore qui cible à la fois le cerveau et l’intestin. De récentes études scientifiques suggèrent, en effet, le rôle clé de l’axe cerveau-intestin dans le développement de maladies neurodégénératives. L’équipe de recherche est composée de Jean-Michel Renck, du docteur Patrice Cristofini, du Professeur Jacques Touchon, de Guillaume Blivet, Claude Kermin et de Caroline Thibier.

SEREEMA. Cette Greentech edéfinit les frontières de l’optimisation dans l’éolien. Son ambition est de révolutionner la manière dont les parcs sont opérés grâce à sa technologie digitale Windfit.

STEM GENOMICS. Depuis sa création en 2018 par Nicolas Chapal, STEM GENOMICS propose des services et des kits pour contrôler l’intégrité génétique des cellules souches, pour la recherche comme pour la thérapie cellulaire. Aujourd’hui, plus de 80 acteurs mondiaux utilisent les tests de la société. Fin 2020, STEM GENOMICS a réalisé une levée de fonds de près d’un million d’euros avec l’objectif  de s’implanter sur le marché mondial, de lancer un programme R&D ambitieux et de développer son système qualité avec l’obtention de la certification ISO 9001.

WATERTRACKS. Créée en 2016 par Raphaël Gaillard, cette entreprise développe une technologie de gros robots sous-marins pour réaliser des travaux sous l’eau à destination des énergies renouvelables. Elle prospecte actuellement à l’international pour asseoir son activité en Europe dans un premier temps, puis ailleurs dans le monde.

WEFIGHT. Créée en 2017 par Benoit Brouard et Pierre Nectoux, la biotech encore spécialisée dans le développement d’assistants virtuels à destination de patient(e)s malades et de leurs proches. WEFIGHT a pour objectif de créer des compagnons qui répondent aux questions des patients partout et à tout moment du parcours de soin. Ils ne remplacent en aucun cas les médecins mais font office de médiateurs. Ces assistants, nommés Vik, sont présents dans plus de 10 pays sur 3 continents et couvrent une quinzaine de pathologies.

Le BIC de Montpellier, vous connaissez ?

Le BIC de Montpellier Méditerranée Métropole est l’incubateur d’entreprises innovantes.Depuis 1987, il a accompagné plus de 800 entreprises et celles encore en activité représentent plus de 6 000 emplois directs.

En 2020, il affiche un taux de pérennité nettement supérieur aux taux nationaux : 91% à 3 ans et 81 % à 5 ans (respectivement 75% et 61% pour les taux nationaux, Réf. INSEE).

Le BIC de Montpellier a accompagné la création de nombreuses success stories du territoire, créatrices d’emplois et de valeur telles que Swile, Medtech/ Zimmer Biomet, Teads, Urbasolar ou encore MedinCell.

.

Le 02/06/2022 à 14:06, par Gil Martin.