Montpellier. Une petite graine dans la tête des élus

Montpellier. Une petite graine dans la tête des élus


Complémentaire à l'euro, la Graine se positionne comme monnaie locale de Montpellier et de l'Hérault.
Complémentaire à l’euro, la Graine se positionne comme monnaie locale de Montpellier et de l’Hérault. (©Métropolitain / LP)

Lors du conseil municipal de Montpellier du 29 mars dernier, les élus ont adopté à l’unanimité l’adhésion de la ville à la Graine, monnaie locale de Montpellier mais également de l’Hérault. Après plus d’un an de discussions, les élus qui le souhaitent pourront donc recevoir à partir du mois de juin une partie de leur indemnité en monnaie locale. 10% précisément. Du moins, pour cette année.

Gérard Straumann, co-président et chargé des relations avec les collectivités territoriales de la Graine, plus que satisfait, se dit même « très étonné » d’une adhésion unanime à ce mode de fonctionnement testé pour la toute première fois.

À lire aussi

Cependant, même si tous les élus sont favorables à l’adhésion de Montpellier à cette monnaie locale, seulement un tiers d’entre eux accepte pour le moment de recevoir les 10% de leur indemnité en Graines.

La Graine : de la plantation au développement

Lancée officiellement en septembre 2018, la Graine se revendique comme une monnaie locale complémentaire de l’euro. La conversion est simple : un euro = une graine.

Encadrées par la loi relative à l’Économie sociale et solidaire du 31 juillet 2014, les monnaies locales comme la Graine visent à relocaliser l’économie tout en développant la consommation éco-responsable.

Le fonctionnement est simple. Toute personne peut adhérer à prix libre à l’association de la Graine afin d’échanger des euros contre des Graines. Le souscripteur peut ensuite dépenser ses Graines auprès de commerçants adhérant au réseau.

Au niveau de la Métropole de Montpellier, près de 120 enseignes acceptent le paiement en Graines. Ce chiffre s’élève à 160 à l’échelle de l’Hérault. Avec plus de 400 utilisateurs de la Graine et près de 55 000 Graines en circulation, cette monnaie locale prend de plus en plus d’ampleur. Autre chiffre significatif : 17 bureaux de change présents un peu partout dans le département permettent d’échanger des euros contre des Graines.

Néanmoins, tous les commerçants ne peuvent pas adhérer à la Graine. En plus d’être évidemment sensibles aux problèmes environnementaux et opposés à toutes formes de spéculation financière, les professionnels doivent signer une charte de valeur, établir une convention avec l’association et remplir plusieurs documents où vont figurer les informations officielles de leurs entreprises.

Une fois montés, les dossiers passent devant un comité d’agrément qui valide ou non l’adhésion des commerçants à la Graine. Condition essentielle pour voir sa demande acceptée : proposer un défi éco-responsable que l’entreprise doit relever. Par exemple, les commerçants agricoles peuvent s’engager à recourir à une agriculture biologique ou raisonnée.

Enfin, les heureux élus reçoivent un autocollant à apposer sur la devanture de leurs boutiques pour montrer leur adhésion à la Graine.

Que peuvent faire les élus avec leurs Graines ? 

Tout d’abord, comme n’importe quels adhérents à la Graine, les élus de Montpellier peuvent dépenser leurs Graines chez les 160 magasins partenaires de l’Hérault.

À lire aussi

En s’engageant auprès de cette monnaie locale, ils peuvent également faire figure de modèles et inciter d’autres commerçants à prendre part à leur tour à l’aventure de la Graine. En effet, comme l’explique Chantal Mazurek, co-présidente en charge du réseau de professionnels de la Graine, « les adhérents jouent aussi un rôle d’ambassadeurs ».

« Les adhérents jouent aussi un rôle d’ambassadeurs. »

Chantal Mazurekco-présidente en charge du réseau de professionnels de la Graine

Sans cesse de nouveaux germes

Encore petite par rapport à d’autres monnaies locales comme l’Eusko à Bayonne, la Graine veut devenir grande, et pour cela, elle a plus d’un tour dans son sac pour l’avenir :

  • Proposer une aide alimentaire de qualité (les bénéficiaires de l’aide alimentaire en question devront utiliser une application sur smartphone et à partir du moment où ils apporteront 20 euros, l’aide alimentaire publique leur donnera le droit de dépenser 100 Graines).
  • Pousser à l’engagement citoyen par l’associatif (pousser les associations à entreprendre des actions dans le sens de la transition écologique en leur attribuant une partie de leurs subventions en Graines).
  • Participer à l’attractivité de Montpellier (les touristes se verront proposer des parcours de découverte éco-responsables alliant visites culturelles et découverte de produits locaux en les incitant à acquérir une certaine quantité de Graines avec éventuellement une bonification : 110 Graines contre 100 euros).

À lire aussi

Il est aussi question d’élargir l’initiative proposée aux élus de Montpellier à tous ceux de la Métropole, qui recevront également une partie de leur indemnité en Graines. Enfin, étant donné que beaucoup de monnaies alternatives se présentent sous une forme dématérialisée, une version numérique de la Graine devrait voir le jour prochainement.

> Pratique : Pour obtenir plus d’informations sur la Graine, accéder à l’annuaire des professionnels soutenant l’initiative ou trouver des comptoirs de change, tout se passe sur le site officiel de l’association à l’initiative du projet : https://lagraine34.org. Il est aussi possible de contacter l’association directement par mail à l’adresse suivante : contact@lagraine34.org.
Le 13/04/2022 à 09:56, par MÉTROPOLITAIN.